Au détour du chemin

- 22 novembre 2009 -

Les tire-bouchons australiens
par le collectionneur Ian Hunter

x

x

DSC_0099(2)

hautx

x

Les TB "Made in Australia"
x

"Ce que je vous transmets peut aussi s'appliquer à la Nouvelle-Zélande où l'on trouve surtout des "Adélaïde". Mais pas de tire-bouchons allemands", précise Ian Hunter.
x
DSC_0237X
Les tire-bouchons fabriqués en Australie ne sont pas nombreux. Essentiellement des ouvre-boîtes et ont été conçus par Lane's ou Persinware. L'ouvre-boîte classique de Lane's a été breveté en Australie en 1922 sous le numéro 8522. Cet ouvre-boîte a été fait en grande quantité et jusque dans les années 1960'. Le marquage a changé au fil des années et seuls les plus anciens sont marqués du numéro du brevet. Dans le livre de Frank et Barbara Ellis, "Corkscrews British Registered Designs", à la page 125, ce numéro est attribué aux Anglais ; il n'a pas été reconnu par eux comme étant australien.
x
Persinware a fabriqué trois ouvre-boîtes différents. Cette différence portait sur la partie décapsuleur. Le premier a été breveté en 1935 et ils sont tous marqués du nom "Kwality".
x
hobsonX
Dans les années 1950' , une entreprise de Melbourne, la H. R. Hobson & Co, sort un tire-bouchon en "T" avec une poignée moulée en plastique, décrite souvent à tort comme étant en bakélite. Quelques exemplaires sont de couleur marron avec imprimé au centre de la poignée : "Made in Australia", "Melbourne" et "H. R. Hobson" . D'autres ont une poignée en plastique noir avec des publicités pour la Australian wine company"McWilliams" ou "Wynns". La vrille facilement reconnaissable avec ses spires tranchantes était vissée dans la poignée.
X
x
paris-artLe seul autre fabricant connu de tire-bouchons est "Paris Art" qui proposait un grand choix d'objets kitsch en bronze teinté noir (cendriers, ronds de serviettes.) dans les années 1950', 1960'. Les tire-bouchons étaient souvent des copies de figuratifs autrichiens ou israéliens. Chiens, chat et, les plus intéressants, ce sont les kangourous. Ces tire-bouchons ont la particularité d'être seulement décoratif, leur vrille en laiton étant très fragile.
x
Don Bull dans "The Weeckly screw" a évoqué les ouvre-boîtes et les Hobsons le 23 novembre 2008 et Paris Art le 4 novembre 2007.

xhaut

Les publicités australiennes
x

Les publicités australiennes se retrouvent principalement sur des tire-bouchons américains comme le Nifty ainsi que sur les gaines en bois des Clough ou des tire-bouchons de poche anglais. Quelques unes sur les poignées des tire-bouchons à ressort allemand et sur des tire-bouchons d'origine française. Je pense que le plus sympa est celui que l'on trouve page 154 du livre de Don Bul, "The Ultimate Corkscrew Book"  : un tire-bouchon à ressort marqué "Foster's Lager".
x

DSC_0230-bis

Xhaut

Les figuratifs
x

DSC_0233
x

DSC_0220DSC_0234Ces figuratifs sont typiques : des tire-bouchons en "T" avec une poignée en bronze représentant des animaux  (oiseaux, kangourous, émeus, opossums et koalas). Certains ont été fait par l'anglais Peerage : un set de trois pièce sur un support (voir page 19 de "The Ultimate Corkscrew Book " de Don Bull). Les plus sympas - et qui ont été fabriqués en Australie - représentent par exemple le pont du port de Sydney, les armes de l'Australie et le bâtiment du Parlement à Canberra. Tous ont été fait dans les années 1930'.
x
Tous ces figuratifs ne sont pas faciles à trouver et, souvent, ils sont accompagnés d'un décapsuleur.
x

DSC_0232

xhaut

Les types éperons "Adélaïde"
x

adelaids
Ces tire-bouchons en "T" ont été réalisés en Angleterre - quelques uns en Allemagne - mais on les trouve essentiellement en Australie et en Nouvelle-Zélande (voir Don Bull, "The Ultimate Corkscrew Book" page 168). L'éperon, fixé sur un côté de la poignée, servait à rompre le muselet qui maintenait le bouchon des bouteilles de bière avant que ne s'inventent la capsule et le décapsuleur.
x
adelaides- Adelaide Johnson avec un éperon en forme de "S", RD 42353, 1886-
- Adelaide Johnson avec un éperon droit -
x
Le nom "Adélaïde" a été utilisé comme argument commercial (voir Frank et Barbara Ellis, "Corkscrews British Registered Design", page 81). Adélaïde étant la capitale du sud de l'Australie. Le lien n'est pas très clair.
x
Les tire-bouchons éperons ont souvent le nom d'un fabricants marqué en haut de la vrille. Celui que l'on retrouve le plus est "Johnson" ; d'autres sont marqués Lockwood, Eye Witness et Marshall (voir Don Bull, "The Ultimate Corkscrew Book" page 168). Les Adélaïde les plus intéressants sont ceux dont l'éperon a été breveté (voir Frank et Barbara Ellis, "Corkscrews British Registered Designs", pages 81, 115 et 142). Les plus rares sont deux exemplaires, avec leur numéro de brevet, pour un décapsuleur ((British Corkscrew Patents from 1795 - Fletcher Wallis - pages 273-4). A noter que ces deux brevets anglais ont été inventés par des Australiens !
x
DSC_0236

 

xhaut

Les mécanismes allemands
x

"Je les inclus dans ce dossier parce que, souvent, ils ont australiens : des immigrés australiens sont en effet arrivés dans le sud de l'Australie à la fin du 19e siècle pour faire du vin. A noter que la plupart de ces tire-bouchons à ressort et ceux du type Hercules : des mécanismes allemand parmi les plus intéressants que l'on puisse trouver en Australie. Ils font partie de mes meilleures acquisitions."
x
fosterX
Mais, bien que l'Australie ait été une colonie anglaise -par conséquent, la part la plus importante de migration en Australie était anglaise jusqu'aux années 1970- on trouve peu de tire-bouchons mécaniques anglais ici. La plupart des tire-bouchons anglais trouvés en Australie sont assez bon marché et pas vraiment intéressants : essentiellement des tire-bouchons en "T", de poche et des figuratifs. Dans les années 1950' et 60' , une migration importante est venue d'Ialie : on retrouve donc quelques double-leviers sympathiques (clowns, barman...) et des Anri.
x
L'Australie n'ayant pas eu de forte migration de France et des États-Unis, les tire-bouchons originaires de ces deux pays sont ceux qui portent des publicités locales.
x
x
x
x
hunter

x

haut